• L'École Buissonnante

« Nous ne sommes sûrs de rien, seulement que ce projet nous rend vivants ! »


3 petits mots et puis s’en vont ... ?



1er petit tour


Nous avons bataillé depuis mai pour tenter de garder cette école ouverte,

Avec des difficultés à tous les niveaux.

Nous avons tenté de batailler dans la légèreté, ça n’a pas toujours été le cas.

L’engagement de l’équipe de l’école buttait sur la lucidité des temps bizarres que nous vivons

Mais quand l’une flanchait (équipe essentiellement féminine) une autre insufflait son énergie !

Il faut de l’engagement pour faire durer un projet...

Il faut de l’humilité le jour où les circonstances obligent à le clore...

Sur ce coup-ci nous avons eu de la chance !


En fin de compte, à 2 doigts de la rentrée, les pièces du puzzle « ouverture de l’école » se sont mises en place.


Certes pour bien faire il nous faudrait quelques enfants de plus…


Ces enfants, accompagnés par Floriane, enseignante et Loriane, volontaire en service civique (voir présentations ici), nous les imaginons « buissonnants » (dico : qui prend l’apparence d’un buisson, d’une boule touffue) de tous les cotés, participant à un projet, en inventant un autre, aidant son copain mais aussi "criseux" à l’occasion, découvrant les mille et une facettes de la vie, attentifs, ou quelques fois dispersés, sensibles aux beautés de la nature, rêveurs et ouverts.


Bref un peu comme nous lorsque nous retrouvons notre âme et notre bonheur d’enfant...

- - - -

2ème petit tour


Une amie me demandait dernièrement si j’allais bien dans ce monde qui va mal…


Et bien oui je vais bien et pas seulement parce que l’École Buissonnante ouvre pour sa 4ème année...


Je vais bien parce que la vie est belle.

Parce que les tomates sont délicieuses

Parce que mes copines sont formidables

Parce qu’il y a plein de gens sympathiques intéressants, motivés, dégourdis, engagés,

Parce que de beaux projets fleurissent, dans tous les domaines

Où les mots « solidarité, respect» se conjuguent avec « simplicité et joie »

parce que ma liberté intérieure, personne ne peut me la prendre


Je pourrais aller mal

parce que les arbres ont soif

parce que beaucoup de gens ne comprennent pas l’urgence climatique

parce que d’autres n’ont aucun souci d’autrui

parce que nos libertés extérieures sont rognées

parce que là bas, pas loin, on se bat et on se tue.

- - - -

3ème petit tour


Le temps d’apprendre à vivre, il est déjà trop tard … ( Aragon )

Non ! il n’est pas trop tard !


Catherine - présidente


9 vues
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now